micro-entreprise : revirement Sarkozy

micro-entreprise : revirement Sarkozy

micro-entreprise : revirement Sarkozy

micro-entreprise : revirement Sarkozy

Après avoir lancé la polémique sur le caillou dans la chaussure, nous assistons à présent à un revirement à 180° de Nicolas Sarkozy.

Ce dernier affirmant son complet attachement envers la micro/auto-entreprise!

La Fédération des Auto-Entrepreneurs a été reçue ces jours derniers par la Président de l’UMP.

Ce rendez-vous faisant suite aux propos tenus par Nicolas Sarkozy sur France Info et dont je vous avais fait part dans un article précédent.

Des propos qui avaient quelque peu surpris des milliers d’auto-entrepreneurs sur les 1,2 million immatriculés sur notre territoire.

Et de s’expliquer :

« Je n’ai rien contre les auto-entrepreneurs ! »

D’emblée, l’ancien Président déclare qu’il n’a rien contre les auto-entrepreneurs et qu’il ne comprend pas pourquoi avoir mis en œuvre une pétition?

Affirmant qu’il est à l’origine de l’auto-entreprise et que par conséquent il n’y a pas lieu de la casser. Il reconnaît par ailleurs avoir tenu des propos maladroits en évoquant un caillou dans sa chaussure mais maintient néanmoins qu’il existe une distorsion entre le régime de l’auto-entreprise et le régime dit du réel (normal ou simplifié).

Il admet toutefois que la micro/auto-entreprise est un régime QUI MARCHE!

Il évoque des règles différentes entre le régime réel et l’auto-entreprise en préconisant comme exemple précisément celui de l’auto-entreprise.

micro-entreprise : revirement Sarkozy

La solution serait que pour les deux régimes, l’entreprise ne devrait payer des cotisations uniquement si elle réalise du chiffre d’affaires.

PAS DE CHIFFRE D’AFFAIRE = PAS DE COTISATIONS, soit un alignement sur le régime de l’auto-entreprise.

Lors de cet entretien, Nicolas Sarkozy a expliqué les problèmes liés aux effets de seuils et souhaite que les auto-entrepreneurs puissent évoluer vers un autre régime via une transition plus soft.

Il faut aller dit-il à une simplification vers le régime du réel quand les plafonds de chiffre d’affaires sont atteints et supprimer les effets brutaux de seuil.

Pour conclure, il ne remet donc pas en cause le régime de la micro-entreprise, mais, au contraire, que sa simplicité soit un modèle pour tous afin d’éviter les effets de concurrence déloyale.

En résumé :

  • Il faut maintenir le régime de la micro-entreprise,
  • C’est un régime modèle duquel il faut s’inspirer,
  • il est nécessaire de simplifier la transition vers le régime du réel.

Avez-vous été intéressé par cet article? Faites-moi part de votre commentaire . (Par ailleurs un petit cadeau vous y attend!).
Dites-moi également ce que vous aimeriez me voir traiter prochainement?

Faites-moi également savoir : Quel est votre plus gros problème? J’ai en effet besoin de votre aide afin de “coller” plus encore à vos souhaits.

Afin de bénéficier de conseils, avis, renseignements, trucs et astuces en qualité de membre privilégié, je vous conseille vivement de remplir le formulaire ci-dessous. Nous respectons scrupuleusement votre vie privée et n’utilisons vos données qu’à titre strictement interne.

 

A bientôt pour de nouveaux articles. Je vous souhaite une bonne journée.
Bien cordialement à tous.

Si cet article ou mes articles en général vous plaisent, faites-moi le plaisir de partager sur les réseaux sociaux à l’aide des icônes ci-dessous. Merci.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*