combien coûte la création d’une micro entreprise ?

combien coûte la création d’une micro entreprise ?

combien coûte la création d’une micro entreprise ?Rien n’est plus simple que de créer une micro entreprise. Quelques clics et vous procédez à l’inscription de votre entreprise.

Seulement ce n’est pas si simple !
Nous allons détailler ici le coût engendré par cette création car nombreux sont ceux qui ignorent les conséquences et obligations qui vont en découler. Alors, combien coûte la création d’une micro entreprise ?

combien coûte la création d’une micro entreprise ?

Gérer c’est prévoir !

Commençons par le début. Il est nécessaire d’exercer dans la légalité ! Il faudra donc procéder à votre immatriculation.

Les frais d’immatriculation

En préambule : un micro/auto-entrepreneur est un chef d’entreprise individuelle, au régime de la micro/auto-entreprise est à ce titre, il est nécessaire de répondre à des obligations comptables, juridiques, fiscales, commerciales…. et par suite d’engager, si besoin, les frais nécessaires pour y répondre.

Je dois répéter ici :

L’immatriculation d’un micro/auto entrepreneur est GRATUITE.

Je sais, on me dit souvent que le CFE demande un paiement lors de cette formalité. Il n’en est rien. Seuls des frais annexes peuvent être demandés.

Si vous souhaiter vous faire aider dans vos démarches et formalités d’inscription, il existe un service d’assistance à formalités proposé par les CFE des Chambres de Commerce et de Métiers pour un montant approximatif de 60€. A vous d’en décider comme bon vous semble.

Pour les agents commerciaux, l’immatriculation obligatoire au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) vous coûtera environ 26€.

Ouvrir un compte bancaire dédié.

Vous avez l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle dans les 12 mois qui suivent votre création.

Vous allez donc devoir prendre contact avec un établissement bancaire pour procéder à l’ouverture dudit compte.

Attention, de très nombreuses banques exigent, en totale illégalité, l’ouverture d’un compte professionnel. Bien entendu, l’ouverture d’un tel compte est de loin plus intéressant pour le banquier car les frais de fonctionnement sont sans commune mesure avec un compte normal mais dédié à votre activité.

Ce compte est réservé à votre micro entreprise et doit être totalement séparé de vos comptes personnels.

Que signifie un compte dédié à l’activité ?

Cela veut-il dire que le micro-entrepreneur à obligation d’ouvrir un compte professionnel ?

NON !

Contrairement à ce que peuvent affirmer certaines banques, il n’est absolument pas obligatoire pour un entrepreneur individuel d’ouvrir un compte professionnel.

Le compte professionnel est obligatoire pour une personne morale (Association, EURL, SARL, SAS …), mais pas pour une personne physique, sauf si l’entrepreneur a opté pour l’EIRL.

Dans le cas d’un micro-entrepreneur, un simple compte de particulier est suffisant.

Il lui suffit de dédier ce compte à son activité, c’est à dire qu’il va y déposer toutes ses recettes, effectuer les dépenses et les achats en rapport avec son activité et effectuer des prélèvements pour sa rémunération, par chèque ou par virement bancaire sur son compte personnel.

Le compte bancaire dédié n’est plus obligatoire pour tous

Depuis le 1er janvier 2015, les micro entrepreneurs ont l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié à leur activité, au plus tard un an après la création de leur entreprise.

Loi Pacte

La loi PACTE du 22 mai 2019 supprime cette obligation pour les micros entreprises dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 10 000 € de chiffre d’affaires annuel pendant 2 années consécutives.

Ceci constitue un avantage pour ceux qui exercent leur activité à titre complémentaire.

Le micro entrepreneur doit utiliser ce compte dédié pour :

Je vous renouvelle les mouvements à effectuer sur ce compte.

  • Encaisser ses recettes,
  • Prélever les dépenses et les achats en rapport avec votre activité,
  • Effectuer des prélèvements pour votre rémunération, par chèque ou par virement bancaire vers votre compte personnel,
  • Utiliser des moyens de paiement au nom commercial de son entreprise (chéquier, terminal de paiement de carte bancaire, etc.),
  • Obtenir un crédit…

L’assurance professionnelle

L’exercice de certaines activités doivent obligatoirement être couverte par un contrat d’assurance professionnelle. Les activités du bâtiment sont particulièrement visées par cette obligation mais il ne s’agit pas des seules. Il vous faudra vous renseigner auprès de votre assureur sur la réglementation liée à votre activité.Si tel est votre cas, vous allez devoir souscrire votre contrat d’assurance avant même le début de votre activité.

Néanmoins, même en l’absence d’obligation, je vous conseille vivement de souscrire une assurance professionnelle qui vous couvrira des éventuels dommages que vous pourriez causer à des tiers et particulièrement vos clients. Attention, votre assurance responsabilité civile personnelle ne vous couvrira pas.

Je vous conseille la lecture de l’article que j’ai consacré à l’assurance RC Pro.

Les cotisations sociales et fiscales.

Tout le long de la vie de votre entreprise, vous serez amené à vous acquitter de cotisations sociales et fiscales calculées directement proportionnellement à votre chiffre d’affaires. En l’absence de chiffre d’affaires, aucune cotisation n’est due ; toutefois, vous aurez une déclaration à faire à 0. A ne pas oublier sous peine d’amende !

Activités exercées Cotisations sociales Charges fiscales CFP* TFC* Total
Vente de marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place et fourniture de logement 12,8% 1% 0.1% 0,015% 13,915%
Autres prestations de services artisanales 22% 1.7% 0.3% 0,48% 24,48%
Autres prestations de services commerciales et location de locaux d’habitation meublés 22% 1.7% 0.3% 0,044% 24,044%
Professions libérales relevant de la Sécurité Sociale des Indépendants au titre de l’assurance vieillesse 22% 2.2% 0.3% 0% 24.5%
Professions libérales relevant de la CIPAV au titre de l’assurance vieillesse 22% 2.2% 0.2% 0% 24,4%

Ces taux seront  à appliquer, selon vos options, pour les déclarations de février 2019 (chiffre d’affaires encaissé en janvier) ou d’avril (chiffre d’affaires encaissé au premier trimestre).

*CFP = Contribution à la formation professionnelle,

-TFC = Taxe pour frais de Chambre Consulaire (Chambre de Commerce, Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Si CA supérieur à 5 000€.

Pour information :

 

  • Les charges fiscales sont dues pour ceux ayant opté pour le versement libératoire,
  • Il est possible de demander de s’acquitter de cotisations sociales minimales pour vous assurez une meilleure couverture sociales, ceci en cas de chiffre d’affaires très faible.

Si vous ne voulez jamais rien manquer de toutes les évolutions, modifications, informations nouvelles, suivez régulièrement mes articles ou mieux encore : abonnez-vous comme indiqué ci-dessous !

Regardez dans la marge de droite et en haut, vous trouverez le formulaire d’abonnement à mes articles comme ci-dessous :

votre abonnement à mes articles

La cotisation foncière des entreprises ou CFE

Le montant de cette taxe varie en fonction du lieu d’exercice de votre entreprise.

L’année de création, cette taxe n’est pas due.
Les années suivantes, elle sera due et cela même si vous exercez à domicile. Une cotisation minimale sera alors exigée.
Depuis le 1er janvier 2019, vous serez exonéré de la CFE si vous avez réalisé au cours de l’année précédente un chiffre d’affaires inférieur à 5 000€.

Pour aller plus loin sur le sujet et notamment sur les exonérations, je vous mets le lien vers un article que j’y ai consacré.

L’article est très complet, je vous en conseille vivement d’en prendre connaissance. Il y a des économies à faire !

combien coûte la création d’une micro entreprise ?

quels frais pour démarrer ?

Il est faux de penser pouvoir créer son entreprise sans un minimum de départ , il est nécessaire de posséder un petit pécule de départ.

Je constate que trop de gens se laissent prendre par le discours ambiant consistant à dire qu’il est possible de démarrer sans argent et qui se retrouve à cesser au bout de quelques mois faute d’avoir les moyens financiers pour les charges nécessaires à la poursuite avant les véritables rentrées d’argent.

Il ne sera pas nécessaire, dans la phase de démarrage, de réaliser des investissements financiers importants.

Pour beaucoup d’entre vous, il s’agira d’expérimenter grandeur nature un projet, une idée qui vous tient à cœur. Pour d’autres encore, il ne s’agit que d’un tremplin afin d’aller plus loin.

Chaque cas est un cas d’espèce. Vous êtes salarié, chômeur, fonctionnaire, retraité et vous disposez plus ou moins facilement de fonds à consacrer à votre projet.

Faisons un tour d’horizon des charges à prévoir.

Faisons l’inventaire des frais à engager pour démarrer dans de bonnes conditions.

Nous allons donc établir une liste du minimum “vital”

Il n’est pas possible de chiffrer avec exactitude tous les postes car chaque cas reste individuel mais nous listerons en donnant une idée générale.

Vous allez devoir vous installer et donner une domiciliation à tout le moins postale.

– Vous allez exercer depuis chez vous ou allez vous domicilier auprès d’un organisme de domiciliation : coût mensuel de l’ordre de 30€ par mois.

– Vous disposez déjà ou pas encore de la totalité du matériel ou outillage nécessaire à l’exercice de votre activité. Le poste est à chiffrer par vos soins.

– Vous allez faire ou pas de la pub afin de vous faire connaître. Il est souvent indispensable en début d’activité de faire réaliser des documents publicitaires et de présentation de vos services .

Le minimum étant :

  • Cartes de visite : 50€,
  • Documents commerciaux : 120€.

– Vous devrez faire l’acquisition de classeurs, papier, fournitures de bureau, registres comptables…., coût approximatif : 120€.

-Si vous deviez créer un site internet, il faudrait prévoir : l’acquisition du nom de domaine et les frais d’hébergement soit environ : 70€.

– Vous allez souscrire votre assurance Pro pour un montant de l’ordre de 140€.

Je vous laisse juge d’y ajouter les frais spécifiques à votre activité tels que :

– Assurance véhicule, électricité, informatique……

L’ensemble des frais de démarrage, c’est à dire avant d’avoir réaliser aucun chiffre d’affaires, serait d’environ : 450 à 700€.

On peut envisager des frais de comptabilité si vous confiez cette tâche à l’extérieur ou encore l’achat d’un logiciel de comptabilité légal.

J’espère que cet article vous aura aidé à éclaircir votre choix.

Si vous voulez aller plus loin dans la connaissance d’une micro entreprise, je vous conseille vivement de faire l’achat du guide que j’ai écrit  spécifiquement pour les micro entrepreneurs. Ce guide est unique sur le marché. J’en suis le concepteur et le seul diffuseur.

Je vous mets le lien pour en savoir plus

Avez-vous été intéressé par cet article? Faites-moi part de votre commentaire et dites-moi ce que vous aimeriez me voir traiter prochainement?

Faites-moi également savoir : Quel est votre plus gros problème? J’ai en effet besoin de votre aide afin de “coller” plus encore à vos souhaits.

Afin de bénéficier de conseils, avis, renseignements, trucs et astuces en qualité de membre privilégié, je vous conseille vivement de remplir le formulaire ci-dessous. Nous respectons scrupuleusement votre vie privée et n’utilisons vos données qu’à titre strictement interne.

A bientôt pour de nouveaux conseils.Bonne journée à tous.
Bien cordialement.

Si cet article ou l’ensemble de mes articles vous plaisent; vous seriez très sympa en partageant sur les réseaux sociaux à l’aide des icônes ci-dessous. Un grand merci!

Je vous ajoute une recommandation si besoin. Je vous mets un lien vers les articles les plus lus par les visiteurs de mon site :

micro-entrepreneur et le contrôle fiscal.

micro entrepreneur : quel salaire?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.