micro-entrepreneur : les pièges à éviter.

micro-entrepreneur : les pièges à éviter.

Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse année 2015. Que cette année soit pour vous celle de la réussite de vos projets.

fin10Vous avez passé le cap de l’idée, vous avez procédé à votre immatriculation, en définitive, vous êtes à votre compte!

Et bien, il est temps que je vous alerte sur les pièges, voire arnaques qui vont vous être tendus dès votre début d’activité.

Micro-entrepreneur : les pièges à éviter.

Dans cet article, je vous liste tous les pièges que je qualifie d’administratifs parce que liés à votre formalité d’immatriculation.

En fait, il s’agit souvent d’arnaques!

En définitive l’arnaque est simple, dès votre création officielle d’entreprise, vous êtes amené à effectuer vos formalités administratives telles que : immatriculation au répertoire des métiers, au registre du commerce….ces informations sont rendues publiques quelques jours plus tard.

Un affichage des nouveaux inscrits (dans les locaux de la CCI, de la Chambre de métiers..), des avis, des insertions dans des journaux d’annonces légales, au journal officiel…enfin toutes sortes d’informations vous concernant seront diffusées.

Dès lors, les arnaqueurs de tous poils, souvent basés à l’étranger, récupèrent les informations tout en se faisant passer pour des organismes officiels.

Des courriers vous sont adressés en demande de paiement de prestations diverses en faisant état de “services obligatoires” que vous devez souscrire.

Il semblerait que 1 entrepreneur sur 2 se laisse prendre au piège. Ces organismes “bidons” sèment le doute par des appellations ou encore logos trompeurs.

Vous ne verrez pas les petits caractères précisant que le service qui vous est proposé est en définitive facultatif.

Je vous le rappelle de façon formelle : VOUS N’AVEZ RIEN A PAYER!

Souvenez-vous, en dehors du RSI, qui prendra contact par courrier (votre numéro de sécurité sociale figurant sur le courrier), vous n’aurez pas, dans un premier temps, d’autres organismes auxquels adhérer.

Je vous mets en garde sur des courriers émanant des organismes les plus répandus, et qui risquent de vous parvenir. Les en-têtes les plus connus sont : Info-Siret, Euro-Reg, EURL, SRI.
Les immatriculations à des registres “bidons” :

L’immatriculation au Registre Européen des Sociétés coûte 250 €. Cette inscription est proposée aux micro-entrepreneurs commerçants par courrier. Elle est même présentée comme étant obligatoire. Ce registre ne sert à rien : mettez le courrier à la poubelle!

L’adhésion au RSI, attention à la confusion : il s’agit ici du Registre des Sociétés et des Indépendants. Le coût est de 249€.

La société est domiciliée à …..Chypre. A mettre à la poubelle!

 Les immatriculations à des registres non obligatoires :

Votre inscription sur Infos-Siret, Info-Kbis, etc..n’est pas obligatoire. Ce ne sont pas des registres “bidons” au sens juridique du terme (soyons prudents!), mais ce sont des inscriptions purement facultatives qui donnent souvent l’impression d’être obligatoires. Vous êtes libres de ne pas y souscrire!

Des prestations payantes pour votre création d’entreprise :

Bon nombres de prestataires vont vous proposer des services payants pour la création de votre entreprise. Sachez-le, la création d’une micro-entreprise (auto-entreprise) est GRATUITE. Suivez mes conseils dans bons nombres de mes articles et vous saurez comment vous y prendre.

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez obtenir gratuitement l’e-book vous permettant d’y voir beaucoup plus clair!

Certains sites Internet vont vous proposer de vous immatriculer pour un coût modique (60 à 90€). Ne donnez surtout pas suite, je vous le redis : vous n’avez aucun coût à payer pour la création de votre auto-entreprise.

Quelles astuces supplémentaires en cas de doute :

Il faut savoir que les arnaques sont de plus en plus courantes et malheureusement de plus en plus difficiles à détecter. Voici quelles indices supplémentaires pour lever vos doutes. 

Etant entendu, ne vous précipitez  JAMAIS pour prendre vos décisions à la réception d’un courrier en provenance d’un “fournisseur”  ou “administration”que vous ne connaissez pas!

Premier indice : l’adresse de l’expéditeur du courrier.

A l’évidence, les arnaqueurs sont souvent basés à l’étranger. Ce n’est pas toujours le cas car ils ont recours à des “intermédiaires” qui peuvent être en France.

Deuxième indice : l’en-tête du courrier.

Comme je vous l’ai dit précédemment, un courrier émanant du RSI (Régime Social des Indépendants) peut provenir du Registre des Sociétés et des Indépendants. Vous devez donc vous assurer de la validité de l’expéditeur.

Troisième indice : les fautes.

Souvent les courriers comportent des fautes d’orthographe. Faites attention, même si l’en-tête comporte un logo de type drapeau français, cela ne lui donne pas pour autant la signification d’un organisme officiel.

Quatrième indice : les renvois, astérisques ou verso de courrier.

Je vous mets en garde sur vos engagements financiers que vous risquez de prendre et qui sont indiqués de façon générale : en toutes petites lettres, en bas de pages, sous forme de renvoi ou encore au dos du courrier.

Cinquième indice : les conditions générales de vente.

Un courrier qui comprend des conditions générales de vente n’est pas un courrier d’affiliation mais un courrier de prospection.

Je vous rends attentifs au fait que tous les courriers ne sont pas à classer dans la rubrique “arnaques” mais à classer  dans “soutireurs d’argent“. Alors sachez-le, cela n’arrive pas qu’aux autres! Lisez bien vos courriers, prenez le temps, interrogez les organismes officiels, interrogez-moi si vous le voulez!

Je vous invite à faire partager vos expériences avec les lecteurs de mon site si vous avez été victime ou encore témoin d’une arnaque. Je publierai avec commentaires votre expérience.

Avez-vous été intéressé par cet article? Faites-moi part de votre commentaire et dites-moi ce que vous aimeriez me voir traiter prochainement?

Faites-moi également savoir : Quel est votre plus gros problème? J’ai en effet besoin de votre aide afin de “coller” plus encore à vos souhaits.

Afin de bénéficier de conseils, avis, renseignements, trucs et astuces en qualité de membre privilégié, je vous conseille vivement de remplir le formulaire ci-dessous. Nous respectons scrupuleusement votre vie privée et n’utilisons vos données qu’à titre strictement interne.

A bientôt pour de nouveaux articles. Je vous souhaite une bonne journée. Bien cordialement à tous.

2 Replies to “micro-entrepreneur : les pièges à éviter.”

  1. je lis et écoute vos conseils ,je voudrais savoir comment se lancer , dans quelle structure sachant qu’au début on ne gagne pas beaucoup , quelle structure prendre sans trop payer de charges et autres !!! merci

    • Bonjour Claudine,

      Il n’y a pas de structure idéale, chaque cas est un cas d’espèce.
      Toutefois, le régime de la micro entreprise semble très souvent le plus adapté (pas de chiffre d’affaires = pas de charges), souplesse des formalités…….
      Reste à savoir dans quelle activité vous voulez vous lancer? Certaines activités ne s’y prêtes pas.
      La micro entreprise est un bon tremplin pour démarrer une activité, il est toujours temps ensuite de changer de régime voire même de statut.
      Bonne continuation.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*